Aurores polaires
La Terre sous le vent du Soleil

Coll. Bibliothèque scientifique

Auteur :

Langue : Français

25,00 €

Disponible chez l'éditeur (délai d'approvisionnement : 3 jours).

Ajouter au panierAjouter au panier
Date de parution :
Ouvrage 240 p. · Broché
Dans les régions proches des cercles polaires, le ciel nocturne offre de fabuleux spectacles. Avec un peu de chance et une météo clémente, les visiteurs y admirent de grands voiles colorés danser d’un horizon à l’autre… Ce sont les aurores polaires, aussi appelées aurores boréales dans l’hémisphère Nord, et aurores australes dans l’hémisphère Sud. Quelle est l’origine de ces gigantesques parades lumineuses ?

Il a fallu attendre l’avènement de l’ère spatiale pour acquérir les premiers indices fiables sur leur origine. En effet, bien que les aurores se manifestent à moins de 400 kilomètres au-dessus de nos têtes, elles sont issues d’un phénomène qui englobe l’environnement lointain de la Terre, jusqu’à plus de 100 000 kilomètres de distance.

Le moteur des aurores est un vent peu dense et très rapide provenant du Soleil, qui a des relations agitées avec le champ magnétique de notre planète ! Mais aujourd’hui encore, de fausses explications circulent sur les aurores.

Dans cet ouvrage, l’auteur traque avec brio les idées reçues. Page après page, avec une grande pédagogie, il explique la machinerie invisible et silencieuse, mais turbulente et brusque, à l’origine des aurores. L'ouvrage est abondamment illustré de figures explicatives et de photographies d'aurores, depuis celles prises les pieds dans la neige avec un simple appareil photo, à celles issues de caméras spécialisées embarquées à bord de sondes spatiales. 
Fabrice Mottez est directeur de recherches (CNRS) au Laboratoire univers et théories (LUTH) de l'Observatoire de Paris-Meudon. Il s'intéresse aux effets des champs magnétiques en astrophysique. Il a commencé sa carrière en étudiant les aurores polaires de la Terre, et ce sujet ne l'a pas quitté depuis. Il étudie aussi la planète Jupiter et son satellite Io, et l'environnement d'étoiles très petites - les pulsars.